enfant avec une idée

Comment devenir entrepreneur ? Les premiers pas

Aussi séduisant que cela paraisse d’être entrepreneur, le chemin qui mènera au succès de votre entreprise est généralement bien moins rose, car bien plus dur et fatiguant. Une fois que l’idée est née et qu’on a la motivation, beaucoup se demandent : comment fait-on pour devenir entrepreneur ? C’est cette question et bien d’autres encore que nous allons aborder dans notre nouvelle mini-série.

D’abord, nous allons répondre aux premières questions que tout entrepreneur se pose et détailler les premiers pas à faire qui permettront de prendre un bon départ dans l’entreprenariat.

1. Au début

Rien : c’est tout ce qu’il y a au début. Même si en tant qu’entrepreneur on ne le voit pas ainsi, car pour nous, il y a déjà l’idée ! C’est une fois que le premier éclair de génie a muri et s’est transformé en une idée plus concrète, que va alors commencer la phase intensive de planification. Il est alors conseillé de s’accorder suffisamment de temps, afin de réfléchir en détails à notre future entreprise. Quel est mon but en créant cette entreprise ? Quelle est la clientèle visée ? Est-ce que j’ai suffisamment de moyens financiers, de temps, de motivation ? Dans un premier temps, on a de nombreuses questions et peu de réponses.

Voilà pourquoi la phase de planification est vraiment le moment idéal d’aborder le rediger un business plan, la pièce maîtresse pour toutes les entreprises. Le business plan, ou plutôt le plan d’affaires, est un résumé détaillé et précis du projet d’entreprise. Il rassemble toutes les informations importantes et essentielles qui sont indispensables pour une entreprise. Il comprend principalement une description du produit, une analyse de la clientèle visée, un calcul des risques et une estimation des résultats, les buts et les stratégies de l’entreprise, le marketing, et, très important, un plan financier. Le business plan n’est pas seulement important pour l’entrepreneur, il est important pour tous les intervenants dont l’entrepreneur aura besoin pour réaliser son projet. Le succès ou l’échec de l’entreprise dépend en tout premier lieu du business plan !

 

2. Se lancer

Une fois qu’on a consacré suffisamment de temps et d’efforts à la planification et au business plan, on peut alors passer à  l’action. En premier, il faut déterminer quelle sera la forme juridique de l’entreprise. Choisir entre le statut d’entreprise individuelle ou celui de société. Décider si on souhaite démarrer en tant qu’entreprise commerciale ou pas.

Une fois la forme juridique choisie, l’étape suivante mène tous les futurs entrepreneurs en premier lieu auprès du CFE (Centre de Formalités des Entreprises) compétent afin d’y faire immatriculer leur entreprise. Cette formalité d’immatriculation peut être éventuellement aussi faite en ligne.

Ensuite, on reçoit de nombreux courriers administratifs. Il faut décider si d’autres personnes seront engagées. Si c’est le cas, il faut demander un numéro d’identification et s’enregistrer auprès de la caisse d’assurance maladie. Les étapes suivantes sont l’inscription au registre de la chambre de commerce et d’industrie concerné et à une caisse professionnelle, et pour tous les artisans, l’enregistrement au répertoire des métiers. Vous trouverez ici plus d’informations, conseils et astuces pour savoir  « comment devenir travailleur indépendant ».

Une fois le marathon des formalités administratives accompli, l’entrepreneur nouvellement immatriculé doit s’occuper des questions de sécurité suivantes : la protection de la marque commerciale et les assurances !

S’occuper des questions de protection de la marque est essentiel pour deux raisons très simples. D’abord parce qu’on souhaite rester unique. Ensuite parce qu’on veut se protéger afin de ne pas être copié, mais aussi pour ne pas éventuellement être celui qui copie quelqu’un d’autre. Afin que les idées et concepts que vous avez développés avec beaucoup d’efforts, ne soient pas volés, c-a-d qu’ils ne puissent être copiés, il est utile de faire valoir vos droits à la propriété intellectuelle. Pour cela, diverses possibilités existent pour protéger les créations intellectuelles de l’entreprise : allant du brevet à une marque propre en passant par le modèle (design). Ceci s’applique aussi pour le nom de l’entreprise qui est généralement protégé des copies par l’inscription au registre du commerce.

Pour vérifier si un nom d’entreprise est déjà utilisé, il suffit de consulter le site societe.com. Un coup d’oeil à la base de données des marques mise en ligne par l’INPI vous permettra de savoir si une marque est déjà déposée.

Une fois qu’on est bien protégé, il est conseillé d’aborder le thème, certes désagréable mais primordial, des assurances. C’est à ce moment là en général que survient un grincement de dents. Cependant en tant qu’entrepreneur, on a certaines obligations, et l’assurance, le calcul et la minimisation des risques en font partie.

Il y a obligation légale d’être affilié pour chaque entrepreneur et collaborateur au régime de la Sécurité Sociale (assurance maladie). Et le législateur ne plaisante pas, il est donc inutile de prendre des risques inutiles en négligeant ce domaine. De plus, d’autres assurances sont à étudiées avec attention. Certaines sont obligatoires : l’assurance responsabilité civile professionnelle et l’assurance multirisque professionnelle. D’autres semblent particulièrement opportunes : l’assurance des personnes (elle est axée sur la prévoyance en cas de maladie, invalidité ou accident) ou l’assurance perte d’exploitation (elle permet de couvrir les risques financiers) par exemple. Car on ne devrait pas sous-estimer les nombreuses assurances, particulièrement leurs coûts, vous trouverez ici un aperçu de certaines assurances.

3. Sans argent, rien ne se passe

À ce stade, nous souhaitons à nouveau rapidement évoquer le plan financier mentionné dans le business plan. Comme le dit si bien le vieux proverbe allemand « Ohne Moos, nix los » – « Sans argent, rien ne se passe ». Il faut donc sérieusement réfléchir au financement son entreprise. De nombreux petits détails et subtilités font partie d’un bon plan de financement. De façon générale, il faut s’en tenir au 4 étapes suivantes :

1. Rassembler suffisamment de capital de départ.

Bien que les efforts et la motivation soient nécessaires, créer son entreprise implique surtout de nombreux frais ! Ces coûts doivent être couverts et supportés car souvent le manque de moyens financiers peut faire échouer la création d’une entreprise prometteuse.

Chaque entrepreneur doit pour cela réfléchir à la provenance de son capital. Est-ce qu’on se lance en fonds propres, ou avec l’argent de l’entreprise qui sera finalement remboursé sans intérêts ? Si le capital de départ se partage entre plusieurs parts de capitaux propres, cela implique alors que chacun des investisseurs détient une part de l’entreprise. Un autre moyen est de trouver un équilibre entre capitaux propres et capitaux externes; ces derniers devront certes être remboursés mais ils permettront aussi de minimiser les risques.

3. Choisir le compte commercial de lentreprise.

Chaque banque est différente et ne répond pas forcément aux besoins spécifiques de chaque entreprise. Il faut prendre en considération des questions telles que la ligne de crédit éventuelle ou les compétences internationales de la banque.

4. Une bonne comptabilité.

Avant même d’immatriculer son entreprise, il est judicieux d’élaborer une comptabilité sensée et minutieuse, et de la tenir régulièrement dès le premier jour de planification et le premier mouvement financier.

5. Taxes et impôts.

En première position juste après les assurances, viennent les taxes. Il vaut mieux ne pas les prendre à la légère ou tricher dans ce domaine, car en matière fiscale, les sanctions ne sont pas particulièrement agréables. Ici aussi, il est conseillé de soigneusement se pencher au préalable sur la question afin de savoir quels impôts sont à payer et quand ils sont à payer.

Se lancer dans l’entreprenariat n’est certainement pas un jeu d’entants mais ce n’est pas pour autant quelque chose d’impossible lorsqu’on est organisé et qu’on s’y consacre de façon ambitieuse et tenace. Il faut garder à l’esprit qu’aucun entrepreneur n’a réussi du jour au lendemain. Derrière chaque succès se cachent beaucoup d’efforts et de persévérance. En tout premier, il convient de poser les bases. Dans notre prochaine série, nous vous dévoilerons  comment du statut d’entrepreneur reconnu, on accède au statut d’entrepreneur connu. Car ce serait dommage que les seuls à vous connaitre soient les pouvoirs publics.

 

Tags:

Trackback from your site.

bureau24.fr

bureau24.fr propose un service de secrétariat à distance pour les artisans, les sociétés et les professions libérales qui veulent garantir à ses clients une permanence téléphonique des plus performantes.

Leave a comment